Présentation

  • : Le Cactus Heuristique
  • Le Cactus Heuristique
  • : Docteur en biologie, tendance réductionniste, je m'intéresse à tout... mais à des degrés divers. C'est à partir des cactées que mon site va plus loin dans l'exploration de domaines contigus à la biologie...
  • Contact

Translation / Traduccion

Recherche Sur Le Site

Page Facebook

RECEMMENT :

Rajout de photos de cactées globulaires diverses.

PROCHAINEMENT :

Un article sur les relations entre Rhipsalis teres et les fourmis

5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 23:10

Cet article est une annexe de l’article Des mouches sur mon Stapelia


Circuit des mouches grises de la viande (Sarcophaga carnaria) sur une fleur de Stapelia variegata (Orbea variegata) :


La mouche grise de la viande (Sarcophaga carnaria) se reconnaît à sa teinte grise un peu mouchetée et ses 3 bandes sombres sur le dessus du thorax. C’est une mouche qui, comme son nom l’indique, est attirée par les charognes et dont les larves se nourrissent de chair en décomposition :

 

 

 

Les mouches sont attirées par les odeurs nauséabondes dégagées par la fleur de Stapelia variegata et se posent d’abord sur les pétales des fleurs :

 

 

 

 

A noter une pollinie (petite masse jaune en forme d’allumette) qui dépasse des pièces centrales de la fleur, et qui a la propriété de se coller sur les mouches au moindre contact :

 

 

 

Puis la mouche explore la couronne interne de la fleur, ou se trouvent les organes sexuels de la plante :

 

 

 

La mouche descend sous l’anneau :

 

 

La mouche s’introduit dans le canal sous l’anneau (seules les petites mouches y parviennent, les grosses mouches ne parviennent pas à s’y introduire et forcent désespérément pour passer dessous) :

 

 

La mouche est coincée dans le canal sous l’anneau, qui forme une gouttière, elle se débat et le longe sur une partie de sa longueur avant de pouvoir se dégager :

 

 

La mouche se dégage de la gouttière de l’anneau :

 

 

 

Mouches sur Stapelia Pulvinata


La fleur de Stapelia pulvinata, sitôt ouverte, a les pétales qui se recourbent vers l’arrière en quelques minutes, ce qui fait adopter à la fleur la forme d’une sphère poilue :

 

 

 

 

La fleur mime habilement un cadavre de mammifère : en plus de dégager une odeur de charogne en décomposition, la pilosité imite la fourrure d’un animal, et elle a des couleurs cramoisies de chair :

 

 

Les mouches, et en particulier les mouches grises de la viande (Sarcophaga carnaria), sont très attirées par l’odeur de Stapelia pulvinata, et se précipitent sur la fleur dés que celle-ci est ouverte :

 

 

Les mouches se poursuivent et s’accouplent sur la fleur :

 

 

 

 

 

 

 

Abusées par le mimétisme de la fleur, les mouches la confondent avec un garde-manger pour leur progéniture. Les mouches grises de la viande peuvent pondre des œufs, ou bien être vivipare et pondre directement des larves. Ici une mouche en train de pondre des asticots (masse blanche au bout de son abdomen, entre les pièces florales) sur une fleur de Stapelia pulvinata :

 

 

Ici une ponte d’asticots à la commissure de 2 pétales :

 

 

Les asticots rampent à la surface de la fleur entre les poils et finissent pas tomber sur le sol :

 

 

 

Ici des pontes de mouches sur la fleur de Stapelia pulvinata (douchée par une averse) :

 

 

 

Les fleurs de Stapelia variegata et Stapelia pulvinata ont été rapprochées en espérant une hybridation par les mouches. Alors que les pontes des mouches sont immédiates et incessantes sur les fleurs de Stapelia pulvinata, aucune n’a jamais été observée sur Stapelia variegata : sans doute parce que cette dernière, à l’exception de son odeur, ne mime pas une charogne comme le fait la première  :

 

 

 

Après que la fleur de Stapelia pulvinata soit fanée, la persistance du pédoncule indique que la fécondation a eu lieu. Il épaissit progressivement et donnera, dans un an, deux gousses contenant des graines :

 

 

Article connexe sur les stapéliées : Turing et les Stapelia.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Minéraline 09/10/2009 22:07


Salut,
Je n'imaginais pas qu'elles puissent en pondre autant ... c'est dégoûtant.
Mais les photos sont vraiment excellentes, la netteté, la lumière permettent de découvrir le moindre détail ... sans l'odeur ;-)
À bientôt,

Minéraline